Baie d'Ha Long : la vie au gré des eaux

Habitations sur la Baie d'Ha LongAvec les poissons qui occupent allègrement les eaux de la baie d’Ha Long, une autre espèce résolument plus terrestre a elle aussi décidé d’occuper les lieux. Quoi de plus pratique en effet pour un pécheur d’être directement sur l’eau pour y puiser ses sources de revenus. Ce sont près d’un millier d’individus qui y vivent au rythme des saisons et des eaux, perdu dans un décor à couper le souffle.

Situé à trois heures d’Hanoï, dans le nord-est du pays, ce petit coin de nature brute offre un spectacle de toute beauté. S’étendant sur une superficie de près de 1500km2, des milliers de petits îlots parsèment les eaux, créant un dédale fait de schiste ou de calcaire. C’est dans ce lieu d’exception que se sont installés près d’une cinquantaine de familles dont la plupart vivent du produit de la pêche.

1600 habitants se partagent les quatre villages : Ba Hang, Cống Tàu,Vông Viêng et Cửa Vạn. Quid de leurs habitations ? Des petites maisons de bois à l’allure plutôt spartiates et généralement de couleur bleu-vert flottant sur le fleuve. En ce qui concerne les intempéries, la barrière de montagne entourant les lieux sert de rempart plus qu’efficace contre les vents violents.

Avec ses 176 foyers et 733 habitants, Cua Van est l’un des villages les plus animés de la baie. Né de la jonction de deux anciens villages, Giang Vong et Truc Vong, les habitants de ce petit coin de paradis coulent des jours plutôt heureux entre travail acharné et une vie plus tranquille dans un cadre idyllique. Même si à première vue les lieux ne payent pas de mine, Cua Van n’a rien à envier à un hameau plus conventionnel et possède sa petite infrastructure. Par exemple, c’est le premier village flottant à avoir mis sur pied un centre d’étude pour les enfants de pêcheurs. Ce sont en effet quatre classes qui permettent d’accueillir des jeunes allant de 8 à 17 ans. Il n’est pas rare ainsi de voir des bambins prendre le chemin de l’école rames en main, la conduite d’une barque n’étant pas forcément l’apanage des adultes !

Autre lieu dont les villageois ne sont pas peu fiers, le centre culturel flottant. Au delà de la simple vocation culturelle voire touristique, la création de cet endroit est avant tout le fruit d’un vaste projet de préservation de la baie d’Ha Long. Fondée en 2006, cet espace de 330m2 nous invite à en savoir plus sur cette communauté et son mode de vie, au travers notamment des méthodes de pêche et de sa relation avec la nature environnante.

A voir le nombre assez important de touristes qui visitent les lieux chaque année, on peut dire que cette vie aquatique pas forcément de tout repos n’est pas près de boire la tasse.

Baie d'Ha LongOutre les pécheurs qui profitent de la faune aquatique pour subsister, d’autres ont aussi trouvé le moyen d’engranger des bénéfices. Peu de chance de voir un village exister sans un marché à proximité et ce petit bout de Vietnam ne déroge pas à la règle, sauf qu’une barque s’impose si vous vous voulez aller acheter vos légumes. L’effervescence commence très tôt sur ces marchés et les commerçants de fruits et autres crustacés se pressent pour offrir leur belle marchandise. Pas besoin de panneau pour s’indiquer ici, si vous cherchez un produit en particulier parmi la myriade de bateaux, il suffit juste…de lever les yeux. En effet, les maraîchers accrochent au bout d’une haute perche le ou les produits à la vente. Un bon coup d’oeil et le tour est joué.

En plus d’admirer les produits locaux en faisait du bateau, c’est aussi l’occasion de goûter quelques mets locaux, bercé par le courant. On peut décemment dire qu’il y’a vraiment pire comme situation.

Une chose est sûre, les vietnamiens sont fiers de cette petite perle qu’est la baie d’Ha Long. La vie n’y est certes pas toujours rose mais les habitants n’ont pas l’intention de laisser leurs maisons flottantes partir à la dérive. On peut aisément les comprendre, au vu de la majesté de l’endroit.

L’UNESCO ne s’y est d’ailleurs pas trompé en l’inscrivant au patrimoine mondial en 1994 et pour couronner le tout, c’est l’une des sept merveilles du monde depuis 2011. Un bien bel hommage a un lieu déjà inscrit depuis longtemps dans la légende !

Photos : Salvador Manaois III – Beboy – Fotolia.com

David VEERASAWMY