Dubaï : histoire d’un rêve improbable

Histoire de DubaïUn nom qui évoque pour nombre d’entre nous une certaine idée de la démesure, de la richesse et du clinquant. Mais avant de devenir le formidable pole d’attraction tel qu’on le connait aujourd’hui, le pays a en quelque sorte connu, sans mauvais jeu de mots, une certaine traversé du désert.

Dubaï fut tout d’abord un petit état relativement inconnu aux yeux du monde. Régie par la famille Al Maktoum, toujours à la tête du pays de nos jours, le petit pays vit surtout de l’élevage, de la culture de datte et de la production de perles. Ce n’est qu’aux alentours de la fin du 19eme siècle que la situation économique gagnera en importance. En effet, sous l’impulsion d’une production perlière de plus en plus conséquente, le pays acquiert une bonne source de revenues et vers 1870, le port de Dubaï devient un carrefour incontournable dans le commerce de la région, se dotant par la même occasion de souks de haute volée. La situation économique du pays connaitra néanmoins des hauts et des bas, notamment dans les années 40 ou le Japon deviendra un sérieux concurrent dans la production d’huitres perlières.

Les choses connaitront cependant une certaine amélioration par la suite et le pays commencera petit à petit à développer une infrastructure solide. Un aéroport ainsi qu’un service téléphonique et des installations électriques feront ainsi leur apparition, mais ce sera la découverte de l’or noir au même moment qui viendra vraiment participer à l’émergence du pays. Cette manne pétrolifère attirera un certain nombre de travailleurs, venant notamment d’Inde et du Pakistan, gonflant ainsi la population locale de près de 300% ! Sur la pente ascendante, le pays verra au début des années 70 le départ des britanniques, qui avait le pays sous protectorat depuis 1892, et ce départ coïncidera avec la création des Emirats Arabes Unis, sous l’égide de Dubaï, d’Abou Dabi et de cinq autres Etats. Leur émergence verra notamment la création d’une unité monétaire unique, le dirham.

Carte de DubaïRefusant cependant de s’appuyer uniquement sur ses réserves de pétrole, d’autant que ceux-ci auront de grandes chances d’être épuisés avant 2020, Dubaï décide de se tourner vers le tourisme de luxe, ce qui contribuera fortement à l’ouverture du pays au reste du monde. Les hôtels commencent dès lors à pousser comme des champignons et les projets pharaoniques s’enfilent comme des perles sur un collier. De ce soudain boom économique, le pays récoltera même quelques records, comme par exemple la construction du plus grand centre commercial du monde, du premier hôtel 7 étoiles au monde et du plus grand gratte-ciel au monde, excusez du peu !

Passant d’une existence relativement discrète à véritable poumon économique de sa région, Dubaï a su vraiment polariser l’attention durant ces dernières années et gageons qu’on entendra encore parler pendant un bon bout de temps de cette « Venise du Golfe ». Même si l’ampleur parfois mégalomaniaque de ses ambitions a souvent eu tendance à faire froncer les sourcils, et même si le pays a subi et subit encore les affres d’une économie jamais stable, la croissance exponentielle du pays laisse encore, pardonnez l’expression, sur le cul !

Photo : © Cherkas – Fotolia.com

David VEERASAWMY