Hanoï : la capitale au passé recomposé

Temple de la LittératureSitué dans le nord du pays aux abords du delta du fleuve Rouge, la capitale du Vietnam affiche fièrement ses 3,5 millions d’habitants au compteur. Tout comme sa fausse ville jumelle Ho Chih Min ville dans le sud, c’est une cité grouillante de vie qui vous attend, mais qui n’a cependant pas mis entre parenthèse son passif. Laissez vous donc emporter par cette ville chargée d’histoire et aux vestiges encore très vivaces.

Depuis son origine, Hanoï a connu des moments forts mouvementés. Dès 1010, elle devient la capitale du pays sous l’impulsion de Ly Cong Huan, premier roi de la dynastie des Ly. S’en suivra ensuite une valse d’appellations avant que le nom d’Hanoï soit finalement retenu en 1831. Place forte de la résistance contre les Français mais aussi les Américains, on y signa entre autre la déclaration d’indépendance en 1945.

Lac de L'epéeParmi les endroits à voir dans la ville, notons entre autre le Temple de la Littérature. Même si le nom fort studieux peut rebuter certains, il serait dommage de passer à côté de cet édifice largement dédié à Confucius et situé au cœur d’Hanoï. Construit en 1070, ce temple a connu bien des déboires au fil des siècles, dommage collatéral des conflits ayant émaillés le pays. Restauré en 1920, 1954 et 2000, il fait toujours face à la corrosion du temps. Considéré comme le plus vieil édifice à vocation éducative du pays, le temple étant aussi la première université du pays, ce petit havre de paix contrastant avec le tumulte de la ville environnante vous ferra voyager dans le temps, avec ses cours intérieurs traversées par une allée que seul le roi pouvait fouler auparavant. Les deux allées parallèles étaient quand à elles réservées aux administratifs et aux militaires. Libre à vous donc de vous sentir plus proche de la royauté ou des administrés.

Autre lieu phare de la capitale, le lac de l’épée restitué ou lac de Hoan Kien. Comme c’est souvent le cas au Vietnam une belle légende découle de ce point d’eau pas comme les autres. Il y est question d’une épée qui fut un jour confiée à un paysan pour qu’il boute l’envahisseur Ming hors du pays. Après qu’il fut couronné roi, l’épée fut restituée au lac par l’entremise d’une tortue, véritable tributaire de cette épée.

Pour la petite histoire on a découvert en 1968 le corps d’une tortue qui avoisinait les 2m dans le lac. Baptisé « tortue du roi », elle réside désormais dans le temple du Mont de Jade. Un moyen comme un autre de toucher de près à la légende.

Cycliste vietnamienLa cité comporte aussi quelques musées avec cependant un fil rouge les reliant tous les uns aux autres, l’histoire du pays. Le Vietnam semble en effet très soucieux de garder les traces de son passé miné par la guerre et l’occupation. Ainsi, que ce soit au musée de l’histoire du Vietnam, au musée de la révolution vietnamienne et même au musée des beaux arts, tout vous ramènera d’une manière ou d’une autre au passif pas toujours amusant du pays. Si vous n’êtes pas amateur de musée, vous pourrez toujours arpenter la cité et, pourquoi pas, aller visiter la vieille ville, ou le quartier des 36 ruelles. Ce quartier de la capitale semble s’être légèrement coupé du temps pour garder une part d’authenticité non dénuée de charme. Les magasins sont vétustes et perdus dans d’innombrables rues labyrinthiques mais pourtant le charme opère et ce petit retour en arrière vous permettra d’avoir un avant goût de tout le savoir faire de certains artisans qui ont perduré au fil du temps.

Au delà du simple voyage géographique, Hanoï vous invite irrémédiablement à un voyage dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, histoire de voir tout ce qui à de près ou de loin contribué à faire de Hanoï et du Vietnam ce qu’elle est aujourd’hui.

Photos : © Lotharingia – Delphimages – jikgoe – Fotolia.com

David VEERASAWMY