Islande : au pays de la Terre de glace

Terre de glaceLa première chose qui nous vient à l’esprit en évoquant l’Islande, c’est le froid. Dans la langue de Shakespeare, le nom de ce pays veut littéralement signifier «Terre de glace», ce qui peut en dire long sur la température qui y règne! Mais ce serait bien réducteur de considérer l’île comme un simple glaçon flottant car à l’image des éléments qui s’y déchaînent régulièrement, l’Islande est une région forte en contrastes.

Situé à 2700km au nord de la France, la « Terre de glace » a du attendre la fin du huitième siècle pour se peupler. C’est un norvégien accompagné de toute sa petite famille qui débarqua le premier avec armes et bagages en 874 dans ce qui sera le futur Reykjavik. Ingólfur Arnason pavera ainsi la voie à d’autres norvégiens qui viendront les rejoindre avec quelques esclaves. La population commençant à gagner en importance, la décision fut prise de créer un simili parlement qui sera nommé «Althing». Cette assemblée perdurera pendant près de neuf cent ans avant d’être dissolue puis rétablie en 1843.

Tributaire d’une riche mythologie, les premiers islandais vont cependant instaurer le christianisme comme religion officielle en l’an 1000.

Histoire de l'IslandeCette entrée dans le premier millénaire sera cependant un long « chemin de croix » tant le pays accumulera maintes déboires. L’Islande est ainsi le témoin d’une violente lutte entre différentes familles, chacune voulant s’emparer du pouvoir. Histoire de calmer le jeu, les Norvégiens viendront faire les médiateurs et en profiteront pour prendre subrepticement le contrôle ! C’est ainsi qu’en 1264 l’accord de Gamli Sáttmáli est signé, donnant les pleins pouvoirs à la couronne de Norvège. Cette domination sera de courte durée car ce sera au tour du Danemark de s’approprier l’Islande après s’être emparé de la Norvège. S’en suivront de violentes épidémies de peste qui décimeront la moitié de la population ainsi qu’une réforme plutôt radicale qui verra apparaître le luthéranisme, dérivé du protestantisme, sous l’impulsion du roi Christian III de Danemark.

Passé une période trouble assez conséquente qui verra épidémies et invasions de toutes sortes dévaster le pays, le peuple islandais sous l’emprise d’un ras le bol plus que compréhensible fera des pieds et des mains pour obtenir son indépendance. C’est finalement en 1840 qu’il obtiendra gain de cause mais il devra encore attendre jusqu’en 1904 pour avoir enfin son propre gouvernement autonome et un ministre. Les islandais attendront tout de même jusqu’en 1944 pour avoir leur totale indépendance ! Ils devront toutefois cohabiter pendant un certain temps avec les américains qui, ayant vu en l’Islande un excellent point stratégique durant la seconde guerre mondiale ; rechigneront à partir. Cette cohabitation forcée ne sera pas vraiment néfaste, les américains construisant par exemple l’aéroport international de Keflavik.

Carte de l'IslandeAvec un passif aussi mouvementé, l’Islande peut se targuer d’avoir su par la suite tirer son épingle du jeu. Capitalisant à fond sur ses ressources, notamment marines, tout en s’appuyant à diversifier son économie, le pays est tranquillement passé d’un des plus pauvres d’Europe à l’un de ceux ayant l’un des plus haut PIB par habitant au monde. En 2008 la crise économique mondiale est malheureusement passée aussi par l’Islande, la frappant de plein fouet, accélérant entre autre la croissance d’un chômage jusque là quasi inexistant. Une crise dont l’image même du pays est ressortie dégradée face au reste du monde qui ne voyait plus alors en les islandais que des mauvais payeurs.

L’avenir économique s’annonce assez incertain, mais aux vues des nombreuses épreuves que l’Islande a traversé au cours de son histoire, gageons qu’elle saura trouver en temps et lieux les solutions pour sortir de l’impasse !

Photos : © Renewer – Rhombur – Fotolia.com

David VEERASAWMY