L’histoire du Pérou après les Incas

Cathédrale de Lima L’histoire du Pérou tiendrait plus à première vue du passé mouvementé que du conte de fée sans histoire. Marqué par la confrontation musclée entre Incas et Espagnols, le pays aura gardé les séquelles de cette rencontre tant les luttes intestines auront été légions bien après la chute de l’Empire du Soleil.

Le Pérou fut tout d’abord investi par une kyrielle de tribus venant du nord, dont une certaine tribu nommée Incas…

Après l’émergence et la chute de ces derniers, le pays était désormais sous tutelle espagnole. Voulant s’imposer en bonne et due forme, les envahisseurs commencèrent un long travail de sape, annihilant toute poche de résistance jusqu’à la chute totale des Incas en 1572.

Entre temps Francisco Pizarro responsable de la reddition des Incas, profita de ces nouvelles fonctions de super conquérant pour faire construire « La ville des Rois » qui deviendra plus tard la capitale Lima. Des lois souhaitant protéger les locaux contre les exactions des espagnols tenteront d’être promulguée mais l’hostilité des colons face à l’arrivé du vice roi Nuñez de Vela, qui souhaitait instaurés les dites lois, tua le projet dans l’œuf, tout comme Nuñez qui finira six pieds sous terre.

Le vice roi suivant, Toledo, arrivera pour sa part à instaurer une loi aussi pérenne qu’efficace : utiliser les autochtones comme médiateurs entre la haute sphère dirigeante et le peuple lui-même. Ce système sera ainsi effectif pendant près de 200 ans.

Le joug des espagnols se faisant un peu trop sentir, une première révolte se déclara en 1780. Mené par José Gabriel Condorcanqui qui avait même repris le nom du dernier roi Incas Tupac Amaru pour l’occasion, 60.000 natifs firent hurler leur mécontentement pendant un temps avant que les espagnols ne fassent taire les protestants un an plus tard. En 1814, une autre révolte eu lieu mais se fit tout aussi violemment réprimée. Mais ces velléités insurrectionnelles commencèrent à donner des idées a certains…

Carte du PérouAlors que la souveraineté espagnole en Amérique du sud commençait petit à petit à péricliter, la libération du Pérou ne viendra pas du pays lui même mais de… l’Argentine ! José de San Martín, général et révolutionnaire de son état sèmera en effet une sacrée zizanie dans les différentes colonies régies par les espagnols et après avoir fait chuter les forces ibériques au Chili, il viendra jusqu’au Pérou tenir tête à l’envahisseur avec ses armées en 1820. Un an plus tard, le 18 juillet 1821, les péruviens déclarent solennellement leur indépendance, mais cette nouvelle liberté sera loin d’apporter un semblant de stabilité au pays. Au lendemain de l’indépendance un jeu de pouvoir aura lieu et après Martin, ce sera au tour du vénézuélien Simon Bolivar de s’essayer au métier de dirigeant en 1822. Après avoir fait subir une nouvelle déconvenue aux espagnols en 1824 lors de la bataille de Junin et d’Ayacucho, il laissera sa place en 1826.

La suite sera un peu plus chaotique, tant le pays valsera entre dictatures militaires et autre conflits interminables. L’Espagne entrera encore une fois en conflit en 1864 avant de finalement reconnaître sa souveraineté au Pérou la même année, mais un mal chassant l’autre, ce sera au tour du Chili de venir chercher des noises aux Péruviens, avec une issue moins positive pour ces derniers. Ruinée par la guerre, le pays essayera tant bien que mal de se reconstruire au début du 20eme siècle.

Le reste de l’histoire n’en sera hélas pas moins chaotique tant le siècle sera rythmé par divers coup d’état militaires et une économie en berne. Il n’empêche que le pays, de par son riche héritage, arrive à passer outre ses problèmes internes pour susciter un intérêt qui ne se dément pas.

Photo : © Thomas Barrat – Fotolia.com

David VEERASAWMY