Les bons petits plats de l’île Maurice

Gastronomie MauricienneEntreprendre un voyage dans un pays est un dépaysement en soi et dans certains cas la découverte de la gastronomie dudit pays l’est tout autant. L’Ile Maurice ne déroge pas à cette règle, tant la multitude de plats proposée est un délicieux voyage pour vos papilles.

Ce n’est une secret pour personne, l’un des attraits les plus intéressants de l’île est son brassage ethnique, résultante d’un incessant va et vient d’individus venant de tout horizons, et ce brassage se retrouve pour notre plus grand bonheur dans les assiettes.

Prenons par exemple la communauté hindoue, majoritaire dans le pays. L’Inde est mondialement connu pour ses excellents currys, déchaînant parfois les palais et les estomacs les plus chétifs, et les Mauriciens ont très tôt adopté ce met de choix. Se déclinant à l’infini, pouvant être végétarien ou chargée en viande, chaque famille possède son petit truc pour accommoder le «cari», accompagnant généralement celui-ci d’un bon riz basmati ou de faratas, grosse crêpe salée cousine du nan.

Même si le curry se trouve au cœur de la culture hindoue, allant même jusqu’à truster leurs mariages, on retrouve bon nombre d’autres plats à vous mettre l’eau à la bouche. Citons entre autre le biryani, plat roboratif mais non moins goûteux à base de riz et de viande, puisant ses origines au travers des différents voyageurs musulmans ayant traversé l’Inde.

Les hindoues excellent aussi dans les confiseries et si vous avez la chance de visiter le pays pendant la fête de la lumière, ou Divali, il est fort probable que vous goûtiez aux nombreux gâteaux sucrées préparé avec amour par les familles. Gulab Jamun et autres Jalebi feront fondre vos palais en moins de deux.

Les originaires de la Grande Péninsule ne sont pas les seuls à proposer moult plats à tomber à la renverse. Les asiatiques ont aussi très bien su tirer leur épingle du jeu. Que ce soit dans les petits bouis-bouis jalonnant les rues de Chinatown ou les restaurants disséminés ça et là dans le pays, les occasions ne manquent pas d’essayer un bon riz frit ou des nouilles sautées, appelés là-bas « mine frit ». On trouve une cuisine relativement différente de ce qu’on peut trouver dans un « chinois » européen. Pas de gros étals de nems ou de samossas ici mais des plats en soit, comme le bol renversé, le porc renversé ou l’excellentissime canard laqué, servi ici avec force légumes et petites galettes de circonstance.

L’un des plats les plus présents cependant demeure les bouchons, appelés tout simplement boulettes. Servis dans de gros bols et recouvert d’un bouillon parfumé, ces boulettes à la viande, au poisson ou aux légumes se dégustent souvent sur le pouce dans une petite gargote à l’heure du déjeuner ou autre.

Quand on parle de la cuisine d’une île, on a parfois tendance à évoquer la cuisine dite créole. Au même titre que sa voisine réunionnaise , l’île Maurice à su pousser encore plus loin les influences, titillant l’Afrique et l’Europe. Parmi les perles de la cuisine créole locale, la rougaille. Au même titre que le curry, la rougaille est un plat emblématique à part entière, déclinable à plusieurs sauces. De la tomate, un brin de gingembre et une pointe de piment et le tour est joué. La cuisine créole va à l’essentiel et se veut simple et sans prétention, utilisant ce que la terre et la mer ont de mieux à offrir. Généralement accompagné de riz, viande légumes et poisson se disputent pour avoir la dragée haute ! Poisson salé, foie de poulet frit, hérisson, il y’en a pour tous les goûts !

Sachez que l’une des manières de découvrir la variété des plats de l’île reste encore de manger dans la rue, le nombre incalculable de marchands ambulants proposant des snacks et autres plats à emporter vous permettront de vous remplir la panse à un prix dérisoire. Mais si possible privilégiiez quand même de manger chez l’habitant, rien ne vaut un bon repas bien typique partagé avec des gens chaleureux et des plus hospitaliers. C’est aussi ça l’Ile Maurice !

Photo : © HLPhoto – Fotolia.com

David VEERASAWMY