Namibie : L'île de Mercury pas si déserte que cela

Ile de MercuryOutre le fait de border l’océan Atlantique, la Namibie a la chance de côtoyer une myriade de petites îles dont la faune peut sembler en inadéquation totale avec l’Afrique. En effet, trouver des manchots et autres phoques dans cette partie du monde peut faire sourire, mais quoi qu’il en soit, n’allez pas imaginer que le fait de voir ces charmants animaux est une tache aisée.

Pour approcher ce bon monde, il faut en effet s’éloigner du continent et aller plus loin vers le large. Parmi les petites parcelles de terre qu’on y trouve, on peut par exemple faire escale sur l’île de Mercury. Comme on l’a dit plus haut, il faut cependant s’armer de patience et être plutôt solide pour espérer s’y amarrer. Située à 800m de la côte le long de la Skeleton Coast, qui doit son nom à ses cadavres de baleines et de navires, il faut en effet près de sept heures de navigation pour y accéder, sans compter que le premier contact visuel risque d’en décevoir quelques uns. Pas de coin paradisiaque en vue mais un lieu tout en anfractuosités et en reliefs escarpés, arborant un Mont Jupiter pointant à 35m au dessus du niveau de la mer. Non content d’être au beau milieu d’un océan des plus déchaîné, la relative stabilité de Mercury fait qu’en période de grosse houle cette dernière tremble de tout ses cailloux. Pas étonnant qu’on l’appelle l’île qui bouge.

Rassurez-vous, si les lieux ne payent pas de mine à première vue, l’amateur d’oiseau qui sommeille en vous saura y trouver son compte. Le nombre important d’oiseaux a même fait de cette île une place forte de la culture de guano, au même titre que d’autres îles telles Ichaboe ou Rosbeef Island ou Plumpudding Island. Si les noms à forte thématique culinaire ne vous ont pas échappés, sachez que ce sont les marins anglais qui auraient donné ces noms aux îles alors que l’équipage mourrait de faim et rêvassaient des mets qui les attendaient dans la mère patrie.

Le guano a même eu sa petite rué entre 1843 et 1845, avec une flottille de 450 bateaux et 6000 hommes bravant les flots pour rapporter le précieux produit utilisé alors comme engrais. Mercury continue d’ailleurs à générer une bonne quantité de ce caca d’oiseau, tout comme l’Afrique du Sud voisine.

Ile de NamibieL’île était aussi un haut lieu de la chasse au phoque jusqu’à ce que ces derniers réinvestissent les lieux en 1983, ce qui eu pour conséquence une recrudescence d’oiseaux sur l’île. On y trouve notamment une bonne quantité de cormorans, près d’un millier de nids présents, ainsi qu’un nombre non moins importants de manchots, ce qui peut paraître étonnant au vu de la situation géographique de Mercury ! Compte tenu de la richesse des eaux en planctons, il n’en fallait pas plus pour que ceux-ci viennent se réfugier le long de la Skeleton Bay. A ce titre, le site accueille la plus grande réserve de manchots d’Afrique ainsi que la troisième plus grande sur la planète. Aux côté du cousin du pingouin on retrouve une espèce un peu moins connue, le Fou du Cap, et pour cause. Arborant un plumage noir et blanc et une couronne de plumes dorés en haut du crane, cet oiseau ne vit que dans l’hémisphère sud, disséminé dans six colonies se trouvant en Namibie et en Afrique du Sud. Mercury possède d’ailleurs la seconde plus grande colonie de Namibie.

Toute cette activité n’as pas échappé aux autorités et le site est tranquillement devenu l’un des joyaux de la Zone Maritime protégée des Îles namibiennes, la NIMPA, ainsi qu’un site d’observation animale de renommé mondiale.

Histoire de veiller à la protection de tout ce beau monde, une seule construction humaine a vu le jour. Les conditions de vie y sont des plus spartiates et les visites plus que rares. Compter par exemple un navire de ravitaillement tous les trois mois. Et pourtant il semble que certains irréductibles ont décidé de tout quitter pour se consacrer à la protection de ce qui semble être l’un des derniers bastions pour un certain nombre d’espèces. En espérant que ce combat se pérennise pour encore bien longtemps.

David VEERASAWMY