Zambie : au pays des parcs nationaux

Chutes VictoriaEmpruntant son nom au long fleuve qui y prend sa source, la Zambie est une petite enclave confortablement niché entre l’Angola, le Zimbabwe et la Tanzanie. D’une superficie de 752.615 km2, cette république démocratique s’est vue attribuée au fil du temps le statut d’Etat au plus fort taux d’urbanisation de l’Afrique. Mais même si les Zambiens semblent avoir un fort penchant pour la vie entre quatre murs bien solide, cela ne veut pas dire que le pays se résume désormais à une jungle de béton, loin de là. Jugez plutôt.

Vaste, la Zambie l’est, et ce n’est pas son nombre coquet de parcs nationaux qui viendra nous dire le contraire. Si l’envie d’y faire un safari vous titille, la vallée du Luangwa devrait satisfaire les plus exigeants d’entre vous. La région dispose en effet de trois grands parcs mais l’un d’entre eux sort particulièrement du lot, celui du Sud de Luangwa, fondée en tant que parc Animal en 1938 avant de devenir un parc national en 1978. Pas très original comme appellation certes mais ses qualités résident ailleurs. En effet, fort d’une superficie de 9,050 Km2, il regorge de mammifères et d’oiseaux en tout genres. Le roi des animaux vous ferra ainsi honneur de sa majestueuse présence mais qu’on se rassure les léopards et autres hippopotames ne manquent pas à l’appel. On peut aussi trouver dans ce parc une espèce de girafe endémique, dites de Thornicroft.

Les amoureux des oiseaux ne seront pas non plus en reste. Une des périodes idéals pour les observer se situe pendant la période sèche, pendant laquelle les oiseaux viennent tranquillement patauger dans ce qu’il reste d’eau. La liste d’espèce à observer est longue comme le bras et ainsi hérons, marabouts, pélicans et autres grues viendront volontiers prendre la pause. A noter qu’il est même possible d’effectuer des safaris nocturnes, histoire d’observer encore un peu plus ces fantastiques animaux.

Parmi les autres parcs du pays, un autre tire son épingle du jeu et pour cause, c’est le deuxième plus grand parc du monde ! Faisant le double de la superficie du parc Yellowstone, le parc national de Kafue arbore fièrement ses 22400 kms2 de terre au compteur et encore une fois c’est un lieu de rêve pour observer de près ou de loin moult animaux. Si l’envie de profiter des paysages en toute quiétude vous tiens à cœur, sachez que vous pourrez tout aussi bien essayer d’attraper un brochet dans les eaux plutôt poissonneuses des environs.

Eléphant d'AfriqueAu cœur de Kafue vous pourrez aussi trouver les marécages de Busanga. Ces derniers représentent à eux seuls une attraction. S’étendant à perte de vue, cette surface plane a pour l’instant échappé à toute tentative « d’intrusion » humaine, offrant ainsi de manière brute ce que la nature a de plus beau à montrer. Recouvrant près de 750 km2 de territoire, ces marécages subissent chaque année de fortes pluies, inondant les lieux avant que toute l’eau ne finisse par se déverser dans les rivières de Lunga, Kafue ou Lufupa.

N’oublions pas non plus les principaux concernés, à savoir les habitants eux même qui s’intègrent dans la dynamique générale. La Zambie compte encore pas mal de tribus, près de 70 différentes, et on peut encore assister à certaines fêtes et cérémonies bien ancrées dans les traditions. Si la cérémonie du, Kuomboka, qui voit le roi de la tribu des Lozi changer de château durant la saison des pluies, est la plus populaire, on retrouve aussi la plus vieille cérémonie du pays, celle du Kazanga, célébré par les Nkoya. Existant depuis plus de 500 ans, cette fête est un remerciement aux Dieux pour les bonnes récoltes. Un délicieux prétexte pour faire s’entremêler chants et danses aux rythmes des percussions.

Ainsi, si la Zambie et ses habitants succombent petit à petit à l’appel de la ville, on peut heureusement constater qu’il subsiste toujours une nature et une tradition sauvage. Puissent-elles perdurer pendant encore bien longtemps !

Photos : © Dmitry Pichugin – Reisbegeleider.com – Fotolia.com

David VEERASAWMY